Tip & Shaft | Nice UltiMed : ASO veut transformer l’essai
17743
post-template-default,single,single-post,postid-17743,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,footer_responsive_adv,qode-theme-ver-13.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive

Nice UltiMed : ASO veut transformer l’essai

La première édition de Nice UltiMed s’est achevée le week-end dernier par la victoire de l’équipage de Sodebo (Thomas Coville), vainqueur du duel qui l’a opposé à Idec Sport (Francis Joyon), tandis que le troisième Ultime en lice, Actual-Grand Large Emotion (Yves Le Blévec) a prématurément abandonné. Pas épargnée par les coups du sort avec la perte en décembre d’Actual et surtout le chavirage de Banque Populaire lors du convoyage vers Nice, la course organisée par Amaury Sport Organisation, si elle a forcément pâti d’un plateau réduit, n’en a pas moins réussi à attirer sur la Promenade des Anglais de nombreux curieux. Combien ? « On a certains chiffres parfaitement fiables, répond le directeur de la course, Jean-Baptiste DurierOn a ainsi enregistré 41 456 entrées individuelles sur l’expo que nous avions installée sur la Promenade des Anglais, c’est bien au-delà ce que nous avions imaginé. Le reste est plus difficile à mesurer, mais il y a eu énormément de monde, Nice-Matin a fait la une en parlant de dizaines de milliers de spectateurs ».

Ce succès populaire suffit visiblement au bonheur de l’intéressé pour qui cette première édition de Nice UltiMed faisait figure de test : « Il fallait organiser Nice UltiMed pour réellement se rendre compte de ce qu’allait donner la rencontre entre les Ultimes et le public méditerranéen. On était parfaitement conscients qu’on n’atteindrait pas les chiffres du Vendée Globe et de la Route du Rhum, mais on voulait voir si Nice UltiMed allait être un événement de plus parmi d’autres ou si la magie allait prendre. On a été très étonnés par le fait que de nombreuses personnes, au-delà du flot habituel sur la Promenade des Anglais, sont venues spécialement pour l’événement, ça démontre un très gros potentiel« .

Et cela justifie, aux dires de Jean-Baptiste Durier, l’investissement d’ASO dans cette première, même si, sur le budget, dont la plus grande contribution a été versée par la ville de Nice, il refuse de donner le moindre chiffre« tenu par des accords de confidentialité très forts ». Tout juste consent-il à préciser : « C’est un événement qui n’a pas été organisé avec un budget démesuré, très loin de là, et il s’agit clairement un investissement de la part d’ASO ». Manière de dire que l’organisateur n’a pas gagné d’argent avec Nice UltiMed mais que là n’est pas le plus important : « Il faut prendre un peu de hauteur et voir à plus d’un coup. On sait que les premières sont difficiles, là, nous sommes très contents d’être allés jusqu’au bout, parce que ce que nous avons vu à Nice est potentiellement annonciateur de beaucoup plus grand« .

Plus grand, c’est ce fameux tour du monde en Ultime en équipage à horizon 2021, qu’a évoqué lui-même le maire de Nice, Christian Estrosi et qui, d’idée dans l’air au départ, semble devenu pendant les dix jours niçois un vrai projet : « Au début de la Nice UltiMed, ce n’était pas encore un projet, mais les skippers, la ville, les médias, ont commencé à en parler, et à la fin, tout le monde n’avait plus que ce tour du monde à la bouche ! Ça veut vraiment dire qu’il s’est passé quelque chose », estime Jean-Baptiste Durier, décidé à « battre le fer tant qu’il est chaud » et à d’ores et déjà « travailler sérieusement »sur ce tour du monde : « On sait tous que les armateurs et les skippers souhaitent alterner tous les deux ans un tour du monde en solitaire et un tour du monde en équipage avec aussi une logique d’alternance de bassins. On va tous en parler dans les mois à venir, on espère tous que les conditions seront réunies pour faire une belle annonce d’ici six mois à un an« .

ASO espère donc transformer l’essai Nice UltiMed avec ce projet de tour du monde. Et faire un pas de plus au sein d’un univers de la voile dans lequel la société dirigée par Jean-Etienne Amaury creuse son sillon depuis quelques années. Principalement avec le Tour Voile, dont elle est propriétaire et organisatrice, et le Vendée Globe, dont elle remporté – associée avec Nefertiti Production – les appels d’offres pour la production et la distribution des images télévisées des deux dernières éditions. Le groupe reste à l’affût des prochains appels d’offres, du Vendée Globe mais aussi de la course autour du monde 2019 en Ultime au départ de Brest.

Et si la rentabilité n’est pour l’instant pas au rendez-vous, Jean-Baptiste Durier veut relativiser : « ASO est une société qui va bien et peut se permettre le luxe d’investir dans des domaines auxquels elle croit. A un moment, comme dans toute société, se posera la question de la rentabilité de notre présence dans cet univers. Mais, ce qui est sûr, c’est que les Ultimes nous intéressent, parce que c’est le top de ce sport et  que c’est là où, a priori, il y a les plus grandes masses économiques. C’est en plus une classe et un univers en pleine construction au niveau du paysage des grandes courses, c’est très intéressant. Nous sommes dans une logique de construction et de développement ; si nous avions l’impression de tourner en rond, nous ne serions plus là ».

N’est-ce pas le cas sur le Tour Voile, qu’ASO organise depuis maintenant 2012 et qui ne dégage toujours pas de bénéfices ? « Le Tour Voile n’est pas facile à rentabiliser, mais très peu de courses à la voile sont rentables, explique celui qui dirige également l’épreuve. Sur le Tour, nous sommes aujourd’hui au milieu du gué, dans le sens où nous avons bien développé le modèle, mais pour l’emmener plus haut, il faut clairement un naming. Aujourd’hui, nous cherchons un partenaire titre à partir de 2019 pour cinq ans, le ticket d’entrée est à 1,5 million d’euros annuel avec 300 000 euros d’espaces médias. On avait une discussion pas loin d’être finalisée avec un sponsor à partir de cette année, mais, manque de chance, il a malheureusement connu de très grosses difficultés par la suite ».

ASO finira-t-il par se lasser s’il ne trouve pas de partenaire-titre ? « Je ne pense pas, répond Jean-Baptiste Durier. Les parcours du Tour Voile de 2019 à 2021 sont quasiment déjà faits, on n’a jamais au autant de teams et de retombées : on cherche un naming mais on n’en est pas dépendant« .