Yann Guichard : « Le spectacle de la Coupe est fantastique ! »

Il est l’un des très rares Français à pratiquer le match-racing en multicoque : Yann Guichard, co-fondateur de l’écurie Spindrift, 4e du World Match Racing Tour en 2016 – et de nouveau engagé cette année -, suit avec attention la Coupe de l’America. Pour Tip & Shaft, il revient sur cette première semaine de matches aux Bermudes.
  • Un spectacle fantastique. « Je suis ça avec beaucoup d’enthousiasme : franchement, c’est vraiment beau, le spectacle est assez fantastique à tous points de vue ; c’est encore monté d’un cran par rapport à la Coupe précédente, en particulier en terme de retransmission. Les bateaux sont magnifiques, élégants, il n’y a plus une ficelle qui traîne, je suis en admiration devant eux. Peut-être que les bateaux sont petits, peut-être qu’ils se ressemblent trop, mais, personnellement, ce n’est pas la peine de m’appeler entre 19h et 21h les soirs de régate !« 
  • Les Kiwis impressionnants. « Il y a plusieurs divisions, évidemment, avec Oracle, qui est un peu à part. Mais ceux qui sont vraiment impressionnants, pour moi, ce sont les Néo-zélandais. Ils ont la vitesse, bien sûr, mais, au-delà de ça, ils ont la maîtrise du bateau : régularité, constance…. ils sont un cran au-dessus. Leur système de vélo est efficace et ne semble pas les pénaliser au niveau aéro. Ils naviguent très bien, la seule petite erreur qu’ils font leur fait perdre leur match contre les Américains. Artemis est à l’image de ses performances lors des AC World Series : ou ils gagnent, ou ils s’effondrent ! Les Anglais sont très très décevants : on voit que tout est dur à bord. Les Japonais naviguent propre et bien, ils ont bien fait de s’allier à Oracle. Mais, en finale de la Louis Vuitton, je vois bien Emirates contre Artemis, car je pense que les Néo-zeds vont choisir Land Rover BAR comme adversaire.« 
  • Mission impossible pour les Français. « Ils ont mal débuté, avant de faire deux super matches : on voit que le bateau a du potentiel, notamment au près, en particulier dans le léger-médium. Ils ont fait de belles choses : quand ils gagnent leurs matches, ils les gagnent parce qu’ils naviguent bien. Avec le temps qu’ils ont eu pour se préparer, c’est plutôt pas mal. Mais on voit aussi qu’il leur manque du temps de navigation, c’est clair. Ils ont souvent subi les phases de départ, cela sent le manque d’entraînement et d’expérience en match-racing par rapport aux autres équipes – et je ne dis pas que c’est facile, bien sûr ! La suite, c’est un peu mission impossible, il ne faut pas se le cacher… Après, ça reste de la voile, il peut se passer beaucoup de choses ! La vraie frustration, c’est qu’on voit bien que les Anglais étaient prenables et que les demi-finales étaient atteignables – même si ce n’est pas fini… et que c’est facile à dire de l’extérieur. »
  • Une approche risquée. « Ce qu’a fait l’équipe de Franck – partir d’une feuille blanche – est hyper-respectable, mais c’est une approche quand même risquée. Si j’avais pu m’allier avec les Américains pour une première Coupe, c’est le choix que j’aurais fait. Cela aurait permis de multiplier les heures de navigation – contre des adversaires, en plus – plutôt que de s’occuper de tous les développements et de naviguer tout seul dans son coin. Regardez ce qui est arrive aux Anglais. Cela me semble un choix plus pérenne pour la suite. Après, si les Français trouvent rapidement les fonds pour continuer sur une deuxième coupe, j’aurai tort ! » [Bruno Dubois a annoncé récemment que Groupama Team France souhaitait s’associer à un autre team pour la prochaine édition, NDLR]
  • Spindrift un jour sur la Coupe ? « Aujourd’hui, pas du tout ! On est concentré sur le maxi et l’objectif d’aller chercher ce tour du monde, ce qui va être difficile à atteindre. Maintenant, je pense qu’il faut se tenir au courant de ce qui se passe dans la Coupe, parce que c’est quand même eux qui font avancer la voile ! C’est un autre monde, avec des budgets et des approches qui n’ont rien à voir avec les nôtres. Une fois qu’on aura battu les records qu’on a envie de battre avec Dona, nous verrons bien où on a la possibilité d’aller.« 

Tip & Shaft est le média
expert de la voile de compétition

Tip & Shaft est le média des grandes courses à la voile : Vendée Globe, Route du Rhum, Volvo Ocean Race, Solitaire du Figaro, Transat AG2R

Chaque vendredi en avant-première, par email :

  • Des articles de fond et des enquêtes exclusives
  • Des interviews en profondeur
  • La rubrique Mercato : l’actu business de la semaine
  • Les résultats complets des courses
  • Des liens vers les meilleurs articles de la presse française et étrangère
* champs obligatoires


🇬🇧 Want to join the international version? Click here 🇬🇧