Elodie Bonafous dispute sa deuxième saison en Figaro

Élodie Bonafous : “J’aimerais naviguer en Figaro encore trois ans”

Première lauréate du Challenge Bretagne CMB OcéaneElodie Bonafous, 25 ans, dispute sa deuxième saison sur le circuit Figaro Beneteau, avec pour l’instant une deuxième place sur la Sardinha Cup, une septième sur la Transat Concarneau-Saint-Barth, à chaque fois avec Corentin Horeau. Avant le Tour de Bretagne (3-11 juillet), la navigatrice originaire de Locquirec se confie à Tip & Shaft.

Avant de revenir sur ton projet Bretagne CMB Océane, peux-tu nous raconter comment tu es arrivée à la course au large ?
J’ai suivi un parcours classique : de l’Optimist à Locquirec, du 420, puis de l’inshore, en Open 5.70, match-racing, J80 et Longtze. A la fin de mes études – j’ai fait un master à la fac de sports de Brest spécialisé dans le sport-santé -, j’avais le choix entre travailler ou faire du bateau, c’était clair que je voulais continuer à naviguer et que la suite logique de mon parcours était de faire de la course au large en solitaire. Je me suis alors dit que la Mini Transat était le meilleur tremplin et j’ai commencé à chercher des partenaires. A ce moment, deux opportunités se sont présentées : la sélection Bretagne CMB Océane et la sélection Ligue de Bretagne pour faire le Tour de Bretagne avec Damien Cloarec en 2019. J’ai alors décidé de mettre la Mini de côté et je suis partie faire cette sélection Ligue de Bretagne. Comme j’ai été prise, j’ai quitté mon travail à l’hôpital de Morlaix, j’ai fait le Tour de Bretagne qui m’a confortée dans mon choix et du coup, je me suis entraînée à fond en vue de la sélection Bretagne CMB Océane que j’ai remportée. Ça s’est très bien enchaîné, c’était au-delà de mes espérances initiales ! Même si ça a aussi été une année compliquée, parce que j’ai fait des choix qui n’étaient pas forcément ceux que voulaient mes parents, mais je me rendais compte que c’était une opportunité que je ne pouvais pas laisser passer. Aujourd’hui, ils sont rassurés…

Tu es originaire de Locquirec, juste à côté de la baie de Morlaix, dont sont issus nombre de marins renommés – Jérémie Beyou, Armel Le Cléac’h, Nicolas Troussel… -, as-tu été sensible à cet environnement ?
Complètement ! Il y a une forte attache locale : on suit les marins passés par nos clubs et qui ont réussi, on s’appuie sur leurs expériences passées. Je me souviens que quand j’étais petite, j’avais rencontré Armel à l’époque où il était sponsorisé par Brit Air, j’avais été sur son Figaro et sur son Imoca, c’était celui que je suivais le plus. Ça m’a d’ailleurs fait bizarre de me retrouver à naviguer avec lui en Figaro au pôle Finistère début 2020 alors que c’était – et c’est toujours ! – mon idole qui vient de chez moi et montre la voie.

Quel bilan as-tu fait de ta première saison en Figaro ?
Je suis contente, j’ai énormément appris : je savais barrer et régler un bateau, mais je ne savais pas faire de course au large, je n’avais jamais passé une nuit en mer en solitaire ni fait la moindre course en solo depuis l’Optimist ! En termes de résultat sur la Solitaire, je suis assez contente de ce que j’ai montré (25e sur 35), je voulais gagner une étape en bizuth, je n’ai malheureusement pas réussi, mais j’ai réussi à faire de très beaux débuts d’étape. Après, à partir de la moitié, j’avais tendance à perdre des places par manque d’expérience. J’ai bien débriefé cette saison pour cibler les points sur lesquels je devais progresser, spécifiquement liés à la course au large, à savoir la gestion du rythme et du sommeil, et tout ce qui est météo générale, j’ai beaucoup travaillé là-dessus l’hiver dernier avec Corentin (Horeau).

“Pour une première transat, j’ai galéré”

Tu as effectué la première partie de la saison avec lui, que t’a-t-il apporté ?
En plus d’être hyper polyvalent, c’est quelqu’un de toujours motivé, je m’étais dit que j’allais tèrs bien m’entendre avec lui, ce qui était important à mes yeux pour travailler efficacement. Au final, je suis extrêmement satisfaite du travail que nous avons fait ensemble, il m’a apporté énormément de rigueur et de dynamisme dès le début. Quand il est arrivé en janvier, on a repris pas mal de choses à zéro pour travailler méthodiquement, on s’est bien accordés sur ce qu’il y avait à valider. Et très vite, j’ai senti qu’on marchait bien, on commence d’ailleurs la saison en terminant deuxièmes sur la Sardinha Cup, c’était très encourageant pour la Transat.

Et quel bilan tires-tu de cette Transat en double ?
Avant le départ, on s’était dit qu’un top 5 serait une belle performance, on termine septièmes, je suis super contente, parce que même si on a bien navigué, pour une première transat, j’ai galéré. On a eu pas mal de soucis techniques, avec un bon gros vrac à La Palma, on ne s’attendait pas à ce qu’il y ait autant de vent, on a fini avec le spi entièrement à l’eau, il a fallu monter dans le mât pour remettre une drisse, on en a ensuite recassé une, ce qui nous a encore obligés à encore monter au mât. Ce qui était dur, c’est que comme on était hyper proches les uns des autres, tout le temps à l’AIS ou à vue, dès que tu avais le moindre pépin, tu te rendais directement compte de son impact et des milles que tu perdais, même si ce n’était rien à l’échelle d’une transat. J’avais l’impression de vivre une Solitaire où tu passes ton temps à te comparer aux autres, sauf que là, ça a duré 18 jours, c’était dur à gérer moralement. Mais sur les quatre derniers jours, on a réussi à remonter pas mal de bateaux, ce qui nous a permis de finir sur une bonne note et pas loin de l’objectif, donc je suis satisfaite.

Comment as-tu vécu l’arrivée de ta toute première transat ?
C’était « whaou ! », il n’y a pas de mots ! On est arrivés de nuit, j’avais un peu de mal à réaliser que j’étais partie de Concarneau pour arriver de l’autre côté, c’était assez impressionnant. Avec en plus l’ambiance et l’accueil qu’on a eu, il y a eu pas mal d’émotion. Je suis quand même fière de l’avoir fait, en plus assez joliment.

“Sur la Solitaire, j’aimerais bien faire un coup d’éclat”

Tu enchaînes dans dix jours par le Tour de Bretagne avec Marie Riou, pourquoi elle ?
Comme Corentin n’était pas sûr d’être disponible, j’ai cherché quelqu’un qui allait m’apporter des compétences différentes en vue de mon objectif qu’est la Solitaire. Marie a fait les Jeux, je pense donc qu’elle est hyper douée pour tout ce qui est stratégie et placement dans la flotte, ce qui va être important sur des courses d’un jour comme on va avoir sur le Tour de Bretagne. Elle a aussi fait du large, sur la Volvo et en Imoca, ça va être intéressant d’échanger avec elle sur les façons de naviguer et de régler, sur tout ce qui est phases de contact et stratégie, elle a pas mal de choses à m’apporter. Et même si ce n’était ni un objectif ni un critère de faire un équipage 100% féminin, ça me fait plaisir.

Tu courras ensuite par la Solo Concarneau puis la Solitaire du Figaro, qu’attends-tu de ta deuxième participation à cette dernière ?
J’essaie de ne pas me mettre pas de pression, je n’en suis qu’à ma deuxième Solitaire, tous les navigateurs ne font pas un résultat flamboyant dès leur deuxième année ! Maintenant, j’aimerais bien faire un coup d’éclat, au moins une belle étape, réussir à transformer jusqu’à la fin mes bons débuts d’étape de l’année dernière, une cinquième place ou pas loin serait un bel objectif, d’autant que les étapes vont être longues. Et au général, j’aimerais bien finir dans la première moitié.

Ton projet de deux ans avec Bretagne CMB Océane se termine à la fin de l’année, quelle sera la suite pour toi ?
Je suis accro au truc ! Donc la question de mon envie ne se pose absolument pas et j’aimerais bien naviguer en Figaro pendant encore trois ans pour vraiment arriver à performer sur le circuit, mon objectif serait de faire un podium sur la Solitaire, voire de la gagner. Pour ça, il va falloir trouver un autre bateau, un autre projet. Il y a la sélection Macif à laquelle je vais candidater, et si ça ne marche pas, ce sera autre chose, je suis à la recherche de partenaires pour la saison prochaine. Aujourd’hui, je n’ai pas de pistes concrètes, c’est dur d’y consacrer du temps, même si ça commence à me stresser parce que ça va arriver vite.

As-tu l’intention de naviguer sur d’autres supports ?
Oui, complètement ! Idéalement, j’aimerais faire de l’Imoca parce que c’est un truc qui me fait rêver. J’espère que je serai un jour au départ du Vendée, il y aura sûrement des étapes avant, mais si je me projette, dans huit ans, ce serait bien. D’ailleurs, la semaine dernière, je suis allée faire 24 heures d’entraînement sur l’Imoca de Samantha Davies, c’était hyper cool comme expérience, d’autant qu’on n’était que trois à bord, ça m’a laissé l’opportunité de m’exprimer sur le bateau. Donc Imoca, Multi50 ou autre, je suis ouverte à toutes les opportunités. J’ai énormément à apprendre de toutes ces expériences qui peuvent m’aider à diversifier mes connaissances, à me pousser à m’adapter à d’autres bateaux et d’autres skippers.

Photo : Jean-Marie Liot/Bretagne-CMB

Tip & Shaft est le média
expert de la voile de compétition

Tip & Shaft est le média des grandes courses à la voile : Vendée Globe, Route du Rhum, Volvo Ocean Race, Solitaire du Figaro, Transat AG2R

Tip & Shaft décrypte la voile de compétition chaque vendredi, par email :

  • Des articles de fond et des enquêtes exclusives
  • Des interviews en profondeur
  • La rubrique Mercato : l’actu business de la semaine
  • Les résultats complets des courses
  • Des liens vers les meilleurs articles de la presse française et étrangère
* champs obligatoires


🇬🇧 Want to join the international version? Click here 🇬🇧