L'Imoca de Charlie Dalin dans la brise

Jean-Luc Nélias : “J’ai cassé mon confort pour partir à l’aventure”

Après sept années passées chez Sodebo, Jean-Luc Nélias, 59 ans, a pris un virage important début mai en devenant team manager du projet Imoca Apivia de Charlie Dalin. Il explique à Tip & Shaftles raisons de ce choix et raconte ses débuts dans son nouveau rôle.

On t’imaginait un peu lié « à vie » avec Sodebo, on te retrouve aujourd’hui team-manager d’Apivia, qu’est-ce qui t’a poussé à ce changement ?
Un peu ce que tu viens de dire : cette idée d’être « lié à vie ». Depuis mes débuts, j’ai changé plein de fois d’aventures et d’histoires. Là, ça faisait un petit bout de temps que j’étais chez Sodebo ; à 59 ans, tu réfléchis un peu comment va se terminer ta vie professionnelle, quelles sont tes envies… Et il se trouve que j’ai écouté votre podcast avec Dominic Vittet [Into the Wind] dans lequel il disait qu’il avait décidé à 50 ans de faire autre chose, ça m’a fait réfléchir, je me suis dit je n’allais pas faire du sport jusqu’au bout, pas mourir à cheval ! J’avais aussi le sentiment que j’avais un peu moins d’utilité au sein du projet Sodebo, c’était la preuve qu’on avait bien travaillé, plein de choses avaient été mises en place, j’avais moins de choses à apporter. Il y avait aussi de l’usure, peut-être un peu de routine. Et Tip & Shaft a encore joué son rôle, avec l’annonce d’Apivia qui cherchait un team manager. Je l’ai vue passer une semaine, je me suis interrogé, puis une deuxième semaine, je me suis alors dit qu’il fallait que je regarde de plus près, j’ai envoyé un mail à Charlie et ça s’est fait en une semaine !

Ça veut dire que tu n’as pas hésité longtemps ?
Je n’ai pas beaucoup dormi pendant cette petite période… J’ai tourné les trucs dans tous les sens, discuté avec ma femme et quelques personnes pour me conseiller. C’était quand même un grand changement d’orientation : avant j’étais coureur, et si ça se passait bien, je montais sur les podiums, maintenant, si je monte sur les podiums, ça sera « backstage », il a fallu l’accepter, ça n’a pas été simple. Maintenant, j’avais ce sentiment que si je ne me bougeais pas, il ne se passerait rien de différent pour moi.

“Chez Sodebo, j’ai eu de l’impact sur le projet”

On imagine que ça n’a pas été une décision facile à annoncer à Thomas Coville ? Comment a-t-il réagi ?
Ce n’était pas simple, parce que c’était brutal, mais d’un autre côté, je ne pouvais pas faire autrement, je n’avais pas de préavis à donner. Mais c’est clair qu’on a vécu ensemble des moments d’intimité importante, dans les victoires comme dans les échecs, c’est quelqu’un de très généreux qui s’implique à fond dans les relations humaines, donc c’était compliqué. Après, comment il l’a pris, il faut lui poser la question.
Que garderas-tu de tes années Sodebo ?
Que du bon ! On a fait pas mal de bons résultats, on a gagné des courses, je me suis éclatédans les boulots que j’ai faits, j’ai eu de l’impact sur le projet, j’avais une relation chouette avec l’équipe et avec les partenaires. C’est aussi pour ça que c’était difficile de partir, j’étais quand même dans une sorte de confort. Quelque part, j’ai cassé ce confort pour partir à l’aventure, à 59 ans. Un peu comme quand j’ai débuté : à l’époque, ce milieu n’était pas aussi professionnel, on partait un peu à l’aventure, finalement, cette notion m’a toujours guidé.Est-ce pour toi la fin de ta carrière de navigateur ?
Oui, sans doute, j’ai encore des cartes de visite où c’est écrit navigateur, mais aujourd’hui, je suis clairement team manager, c’est un peu comme le footballeur qui raccroche ses crampons ou le cycliste qui range son vélo. Sauf que nous, les voileux, on a l’avantage de pouvoir faire ça plus tard, j’aurai vu un paquet des choses ! Maintenant, ça ne va quand même pas m’empêcher d’aller courir sur d’autres supports en dehors de mon métier de team manager quand j’aurai des disponibilités. La régate pure m’intéressera toujours, faire des tribords, virer sous l’autre, croiser… j’y reviendrai d’une manière ou d’une autre.

“C’est impressionnant de voir
la boîte qu’a réussi à monter François”

Quelles ont été les premières impressions en arrivant chez MerConcept à Concarneau ?
On est 70 en ce moment, donc quand tu arrives, il y a déjà le trombinoscope à intégrer ! Il faut beaucoup de concentration, s’imprégner de façons de fonctionner différentes, c’est à toi de te mettre au diapason pour essayer d’apporter ta pierre à l’édifice. Moi, j’ai tendance à toujours vouloir aller très vite, il faut que j’arrive à me freiner, à aller un peu contre mon naturel. Mais c’est très intéressant, il y a plein de projets dans l’entreprise, je suis un peu bluffé, c’est impressionnant de voir la boîte qu’a réussi à monter François (Gabart). Quand tu vois les bâtiments, le nombre de personnes, les bateaux, les véhicules… je ne sais pas dans quelle mesure il porte tout ça sur son dos, il y a des moments où il est skipper, d’autres manager, il est aussi papa, mari, ce n’est pas rien, il y a quand même de la prise de risques là-dedans… et du talent, chapeau !Quel est ton rôle exact en tant que team manager d’Apivia ?
Ça fait un mois et demi que je suis en place, donc j’ai commencé par faire un audit de ce qui marchait bien et moins bien. Ensuite, mon rôle est de mettre de l’huile un peu partout, d’apporter un peu de rigueur, pour aider l’équipe à atteindre les objectifs. Ce qu’elle a déjà bien fait, puisque Charlie a gagné la Jacques Vabre, terminé deuxième du Vendée Globe, il n’y a pas beaucoup d’échec. Le fait de rejoindre un projet qui joue la gagne, avec des moyens, est d’ailleurs aussi un élément qui a compté dans mon choix. Par contre, le niveau de jeu augmente partout dans toutes les équipes, avec plein de bateaux en construction, des projets avec des moyens importants, il faut être capable d’évoluer pour accompagner cette compétition plus relevée. Ce genre de projet est une vraie course contre la montre, tu passes ton temps à prendre des décisions stratégiques, mon rôle est d’aider tout le monde à faire les bons choix et à éviter les fausses routes qui font perdre du temps.Vous devez forcément évoquer la suite et l’hypothèse d’un nouveau bateau, faut-il en passer par là pour prétendre à la victoire sur le prochain Vendée Globe ?
On travaille sur l’avenir, clairement, il y a plusieurs options, mais aujourd’hui, on ne peut pas en dire plus. Ce qui est certain, c’est qu’il y a une vraie effervescence dans cette classe, ce qui rend d’ailleurs la tâche compliquée aux team managers et aux bureaux d’études, parce qu’il faut trouver des créneaux pour construire, des personnes libres, il y a un espèce de mercato des talents, c’est difficile de manœuvrer là-dedans.

“Le Charlie avec son piano, c’est un peu
comme le sabotier qui fait son sabot !”

Ton rôle est-il aussi de naviguer à bord d’Apivia ? Si oui, quelles ont été tes premières impressions ?
Oui, il faut rester collé au support, faire de la perf, donc ça fait partie de mon job. On a fait une navigation dans du vent il y a dix jours, on s’est fait fortement brasser, c’était assez violent. Sur un Ultim à 40 nœuds, tu es secoué dans tous les sens, mais les chocs sont moins brutaux que sur un Imoca qui passe de 30 à 18 nœuds, en rebondissant sur l’eau dans tous les sens, les mouvements sont assez imprévisibles, tu te prends des coups de raquette… Et tu vis complètement à l’intérieur du bateau, dans un petit espace fermé avec des trains d’eau qui passent sur le pont, tu ne peux pas humer l’air, c’est assez inhospitalier !Tu connaissais déjà Charlie via le pôle de Port-la-Forêt, maintenant que tu le côtoies au quotidien, qu’as-tu découvert de lui ?
Déjà, c’est un champion, concentré sur la compétition. Ensuite, on voit qu’il est très à l’aise à bord, c’est impressionnant de voir sa gestuelle et ses habitudes, il est un peu comme un vieux garçon avec son bateau, on voit la dextérité de l’expert. Le Charlie avec son piano, c’est un peu comme le sabotier qui fait son sabot ! Et contrairement à moi, qui suis plutôt un impulsif, c’est quelqu’un qui prend le temps de la réflexion. Et il est sympathique, souriant. Après, je n’en suis qu’à un mois et demi, on n’a pas été dans le dur, on n’a pas vécu de relations conflictuelles dans le contexte tendu de la compétition, donc on est encore dans le monde des Bisounours.Justement, à propos de compétition, pourrais-tu être amené à l’aider sur la partie routage ?
Non, ce n’est pas compatible, le routage, ça se fait à 100%. Et en Imoca, il n’y en a pas, ce n’est que du pré-routage avant les courses, des périodes pendant lesquelles je serai à fond avec l’équipe, les sponsors, je n’aurai clairement pas le temps de faire de la météo.
Photo : Jean-Marie Liot/Alea/disobey/Apivia 

Tip & Shaft est le média
expert de la voile de compétition

Tip & Shaft est le média des grandes courses à la voile : Vendée Globe, Route du Rhum, Volvo Ocean Race, Solitaire du Figaro, Transat AG2R

Tip & Shaft décrypte la voile de compétition chaque vendredi, par email :

  • Des articles de fond et des enquêtes exclusives
  • Des interviews en profondeur
  • La rubrique Mercato : l’actu business de la semaine
  • Les résultats complets des courses
  • Des liens vers les meilleurs articles de la presse française et étrangère
* champs obligatoires


🇬🇧 Want to join the international version? Click here 🇬🇧