Jean-Luc Van den Heede Golden Globe Race 2018

Golden Globe Race : Comment Don McIntyre a transformé l’essai

Après une première édition remportée par Jean-Luc Van den Heede et qui aura vu 5 des 17 inscrits aller au bout de l’aventure, la Golden Globe Race retournera aux Sables d’Olonne : la ville et l’agglomération ont renouvelé mercredi  dernier au Nautic de Paris le partenariat les liant à l’organisateur Don McIntyre. Ce dernier, qui a entre temps, annoncé le lancement d’une nouvelle course « vintage », The Ocean Globe Race, compte d’ici le 4 septembre 2022, date du départ de la deuxième Golden Globe Race, monter en puissance au niveau budget et organisation.

Don McIntyre : « Nous espérons 30 bateaux au départ en 2022 »

Fondateur de la Golden Globe Race qu’il a portée à bout de bras, Don McIntyre est forcément un organisateur heureux après les arrivées du vainqueur Jean-Luc Van den Heede (en près de 212 jours) et du Néerlandais Mark Slats (214 jours et 12 heures), même si le taux d’abandon de la première édition de cette course a été important (12 sur 18 à ce jour). Pour Tip & Shaft, l’Australien dresse un premier bilan et évoque la prochaine édition, en 2022.

[Contenu sponsorisé] Comment Plastimo a convaincu la Golden Globe Race

18 navigateurs solitaires ont pris le large dimanche dernier, au départ des Sables d’Olonne, pour un périple hors du commun, la Golden Globe Race : un tour du monde en solitaire par les trois caps, dans les traces des pionniers du Golden Globe originel de 1968. Autrement dit à bord de bateaux de 32 à 36 pieds conçus avant 1988, sans aucune des technologies de la voile moderne. Adieu GPS, ordinateur et téléphone par satellite, bonjour sextant, gonio, compas et cartes papiers !

Comment Don McIntyre a réussi à organiser la Golden Globe Race

Le départ de la Golden Globe Race, organisée 50 ans après le Golden Globe originel, la première course autour du monde en solitaire remportée par Robin Knox-Johnston en 313 jours, sera donné le 1er juillet des Sables d’Olonne. 18 skippers s’élanceront pour un tour du monde sans escale à l’ancienne – sans électronique ni pilote automatique – sur des monocoques « à…