Trimarans Ultimes de Course au Large

Grandes manoeuvres chez les Ultims

La classe Ultim 32/23 a annoncé il y a une semaine un changement de gouvernance avec le départ de son délégué général, Emmanuel Bachellerie, qui va désormais se consacrer à la direction générale de Brest Ultim Sailing, société dont le capital a évolué. La classe devrait également annoncer au premier trimestre 2021 un calendrier sur les années à venir. Tip & Shaft vous en dit plus.

C’est par un communiqué envoyé lundi 14 décembre que la classe Ultim 32/23 a annoncé le départ d’Emmanuel Bachellerie de son poste de délégué général qu’il occupait depuis l’origine au sein du collectif Ultim – créé en 2015 – devenu classe en 2018. “C’est une décision concertée, mûrie quasiment depuis la création de Brest Ultim Sailing [SAS créée en février 2018, dans l’objectif initial d’organiser Brest Oceans, la course autour du monde en solitaire, NDLR], explique ce dernier à Tip & ShaftJ’ai forcément mis un peu de temps, parce j’ai consacré beaucoup d’énergie au collectif et à la classe depuis six ans, mais, à un moment donné, il fallait faire un choix.”

Le choix en question a été de se consacrer entièrement à Brest Ultim Sailing, dont l’actionnariat, au départ partagé entre les armateurs, la classe et la métropole de Brest (voir notre article), a d’ailleurs considérablement évolué cette année : seuls Sodebo et Actual Leader y figurent encore (majoritaires), aux côtés… d’Emmanuel Bachellerie. Explications : “Je n’étais pas co-actionnaire jusqu’à aujourd’hui, je le deviens ; Sodebo et Actual Leader soutiennent ma démarche, mais ils n’ont pas vocation à rester au capital de manière majoritaire, ils ont plutôt vocation à devenir minoritaires, voire à en sortir, comme les autres (Banque Populaire et Macif) qui ne sont plus actionnaires.” La classe 32/23 a également cédé ses parts en avril 2020.

Recomposition du capital de Brest Ultim Sailing
Une recomposition du capital que nous confirme Jean-Bernard Le Boucher, directeur de l’activité mer de la Macif (1) qui, malgré l’annonce de l’arrêt de son programme Ultim, a renouvelé son adhésion pour 2021, le temps de vendre M101, le nouvel Ultim construit chez Mer Concept : “La Macif s’était retirée du capital de Brest Ultim Sailing parce que nous n’avions pas vocation à cumuler un rôle d’organisateur et d’armateur d’un bateau qui participe à la course.” Et celui qui est toujours vice-président de la classe Ultim, d’ajouter, à ce titre (2) : “C’est pour la même raison que la classe s’est retirée, son but n’était pas d’être organisatrice de course.”
Ce retrait s’explique également par le fait que l’objectif de la SAS s’élargit par rapport à sa mission d’origine qui était, en priorité, d’organiser Brest Oceans en 2023. Ce que confirme Emmanuel Bachellerie : “L’activité peut désormais concerner aussi bien l’organisation d’événements de course au large – comme Brest Atlantiques dont Brest Ultim Sailing détient les droits et qui mériterait d’être renouvelée – que l’accompagnement de projets, de marques ou de collectivités qui se posent la question d’investir le secteur de la course au large. Le grand Ouest est très porté sur la course au large, mais une partie du littoral Atlantique, le littoral méditerranéen, ainsi que des pays au-dessus ou au-dessous de nous, peuvent aussi s’y intéresser.”

L’organisation de Brest Oceans reste-t-elle dans le giron de Brest Ultim Sailing ? Il n’y a pas de décision prise à ce jour, l’idée est de construire un projet sérieux et cohérent avec un organisateur”, répond Jean-Bernard Le Boucher. “Est-ce la compétence de Brest Ultim Sailing sera jugée nécessaire pour accompagner les Ultims ? Je l’espère, précise Emmanuel Bachellerie. Mais je ne peux pas m’en porter garant, c’est aux armateurs de décider de quoi ils auront besoin. Je vais déjà nourrir le premier projet qu’on annoncera en janvier.

Six ou sept bateaux sur la Transat Jacques Vabre ?
Une chose est certaine : la classe cherche toujours de nouveaux entrants pour les deux bateaux aujourd’hui disponibles, l’ex Actual Leader – qui a cependant été vendu, nous a confirmé Yves Le Blevec, sans nous préciser l’acquéreur – et M101, propriété de Macif, pour lequel François Gabart et sa société MerConcept cherchent des partenaires. “Pour l’instant, on n’a que des prises de contact, on va mettre le paquet à partir de janvier pour trouver un acquéreur et faire en sorte que le bateau reste dans la classe Ultim. Pour cela, il faut avoir un programme ferme, définitif et cohérent, explique de son côté Jean-Bernard Le Boucher. Qui se félicite par ailleurs d’avoir conclu la vente de l’ancien Macif à Actual Leader “au prix annoncé : 4,8 millions d’euros HT”.
Pour attirer de nouveaux entrants, la classe doit donc proposer un programme, son objectif prioritaire, avec celui de la nouvelle gouvernance“Le bon timing serait de pouvoir annoncer tout ça fin mars”, précise Jean-Bernard Le Boucher. Pour 2021, sont programmées la Fastnet Race et la Transat Jacques Vabre, qui remplaceront le Tour de l’Europe et la course autour du monde en équipage au départ de Nice, initialement prévus. “Le projet de tour du monde avec la ville de Nice et ASO n’a pu aboutir en raison de la crise sanitaire, ce qui nous a amenés à solliciter les organisateurs de la Transat Jacques Vabre, confirme le vice-président de la classe. Pour le Tour de l’Europe, on est toujours en réflexion avec Damien Grimont [qui devait l’organiser, NDLR] sur l’avenir, mais aujourd’hui, rien n’est stabilisé.”

La Transat Jacques Vabre sera donc au programme avec les participations annoncées du nouveau Banque Populaire XI, attendu au printemps, d’Actual Leader 2, avec un nouveau safran de coque centrale, nous a expliqué Yves Le Blevec. Mais aussi du Maxi Edmond de Rothschild, comme nous l’a confirmé le directeur général du Gitana Team, Cyril Dardashti. Du côté de Sodebo, qui vient d’interrompre sa tentative de Trophée Jules Verne, “le programme 2021 n’est pas encore défini”, nous a-t-on indiqué. Tandis que chez Idec Sport, Fabrice Thomazeau, directeur marketing et communication d’Idec, précise que “la Transat Jacques Vabre n’est, à ce jour, pas programmée.” Avec M101 s’il trouve preneur, et l’ex Actual Leadersix bateaux pourraient s’aligner au départ le 24 octobre 2021, auquel pourrait s’ajouter Romain Pilliard, sur Use it Again !.

L’asservissement débranché sur la Jacques Vabre
L’avis de course de la transat en double devrait être publié en janvier, il comprendra une annexe spécifique qui précisera les conditions de participation (notamment un parcours plus long) des Ultimes qui sont invités, mais pas en tant que classe. Ce que nous a confirmé son directeur de course, Francis Le Goff: “C’est la même chose que pour la Route du Rhum”L’asservissement, qui a été, par le passé, un sujet de discorde entre les équipes, ne devrait pas être autorisé pour préserver l’équité : “Nous sommes en train de faire des allers/retours avec les teams, les règles devraient nécessiter de débrancher l’asservissement”, ajoute Francis Le Goff.

La suite du programme ? Elle sera connue au mieux cette année, mais elle comprendra de toutes façons la Route du Rhum en 2022 et Brest Oceans (dont les droits sont détenus par la classe) qui, selon Jean-Bernard Le Boucher, reste prévue fin 2023 : C’est le dossier qui est en haut de la pile, il faut que cette course parte de Brest à cette date”.

(1) Jean-Bernard Le Boucher quittera son poste de directeur de l’activité mer à la Macif en mars puis le groupe en juin ; il gardera un rôle de conseil et restera notamment chargé de conclure la vente de M101. Il vient, par ailleurs, d’être nommé président de la classe Figaro Bénéteau (voir le Mercato ci-dessous)
(2) Sollicitée, Patricia Brochard, présidente de la classe, n’a pu nous répondre en raison d’un agenda très chargé en fin de semaine, laissant à Jean-Bernard Le Boucher le soin de le faire.

Crédit : Martin Keruzoré / Sodebo

Tip & Shaft est le média
expert de la voile de compétition

Tip & Shaft est le média des grandes courses à la voile : Vendée Globe, Route du Rhum, Volvo Ocean Race, Solitaire du Figaro, Transat AG2R

Tip & Shaft décrypte la voile de compétition chaque vendredi, par email :

  • Des articles de fond et des enquêtes exclusives
  • Des interviews en profondeur
  • La rubrique Mercato : l’actu business de la semaine
  • Les résultats complets des courses
  • Des liens vers les meilleurs articles de la presse française et étrangère
* champs obligatoires


🇬🇧 Want to join the international version? Click here 🇬🇧