Multi50 -Class40 : qui va gagner la Route du Rhum ?

Comme lors de chaque départ de grande course, Tip & Shaft réunit un panel de spécialistes pour évoquer les favoris de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe. Pour cette seconde partie consacrée à la Class40 et aux Multi50, ont joué le jeu : Tanguy Leglatin, dont le groupe d’entraînement lorientais comporte nombre de favoris en Class40, Franck-Yves Escoffier, triple vainqueur de la Route du Rhum en Multi50, Sam Manuard, architecte naval auteur des Mach40, Karine Fauconnier, navigatrice et routeuse du Multi50 ArkemaYves Le Blévec, 4e en Multi50 en 2014, Jean-Christophe Caso, navigateur en Class40 depuis 2006, et les journalistes Pierre-François Bonneau, Philippe Eliès et Jacques Guyader.

CLASS40 : TROUSSEL ET RICHOMME, DEUX FIGARISTES DÉTACHÉS

Difficile d’établir le podium de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe en Class40 ! Avec 53 bateaux au départ, la classe la plus nombreuse est aussi celle qui affiche le plus grand nombre de candidats au podium, puisqu’ils sont au moins une dizaine à y prétendre. Même si, au regard des pronostics de nos experts, un duo semble se détacher : Nicolas Troussel (Corum) et Yoann Richomme (Veedol-AIC). “Ils sont tous les deux anciens vainqueurs de la Solitaire du Figaro. Ils y ont pris un rythme qui leur servira”, juge Pierre-François Bonneau. Philippe Eliès pose le même regard sur les figaristes. “Troussel et Richomme sont au-dessus du lot. Quand tu as fait la Solitaire, tu sais au mieux gérer les phases de transition et gérer le bonhomme. Ils ont l’expérience de joueurs de L1 quand les autres disputent la L2.”

Mais tous nos experts s’accordent à dire qu’ils ne seront pas seuls à se bagarrer devant : “C’est la classe où il y a le plus de jeu et où le niveau est le plus homogène, explique Tanguy Leglatin. La jauge est relativement bien faite et le potentiel des bateaux est assez nivelé sur une course en solitaire comme le Rhum”. “Il y a un super niveau ! renchérit Jacques Guyader : Aymeric Chappellier me paraît très bien maîtriser son bateau après une belle Transat Jacques-Vabre avec Arthur Le Vaillant qui, lui aussi, va bien. Kito de Pavant, plus c’est dur, plus il est dans le coup. Quant à Yoann Richomme, il a un super bateau dont il a visiblement trouvé les ficelles assez vite [Il a gagné la Dhream Cup, NDLR]”.

Pour Sam Manuard, le début de la Route du Rhum s’annonce déterminant au vu des conditions annoncées : “Ce sera une course par élimination. Quand les conditions seront difficiles, quand il faudra gérer le matériel sans casser – et cela arrivera assez vite, semble-t-il – six à sept bateaux devraient partir devant. Le tri sera vite fait”. Une analyse confirmée par Jean-Christophe Caso : “Ils devront négocier un front avec 40 à 45 nœuds de vent. Ceux qui en sortiront le plus proprement avec le bateau dans le meilleur état devraient jouer la gagne”.

Dans ces conditions, les gros bras devraient faire la différence, parmi lesquels, outre les marins précités, sont également cités comme pouvant tirer leur épingle du jeu Louis DucLoïc Féquet ou encore Luke Berry, qui font figure de solides outsiders. Mais aussi Sam Goodchild dont Tanguy Leglatin dit : “C’est le skipper qui a le plus d’expérience et de savoir-faire, il a un bon bateau et cette finesse du geste que n’a pas forcément, par exemple, Phil Sharp”.

Le podium cumulé de nos experts :  1. Nicolas Troussel 2. Yoann Richomme 3. Aymeric Chappellier ou Phil Sharp.


MULTI50 : LE ROUX EN POLE POSITION

Sur les six bateaux inscrits – dont cinq munis de foils -, ils sont quatre à se partager la faveur de nos experts, Erwan Le Roux (FenêtréA-MixBuffet), Lalou Roucayrol (Arkema), Thibaut Vauchel-Camus (Solidaires en peloton Arsep) et Armel Tripon (Réauté Chocolat).

“Mon pronostic se joue entre deux bateaux, annonce Franck-Yves EscoffierS’ils font une route Nord, le plus rapide au près devrait être FenêtréA-MixBuffet. L’autre route bénéficiera au bateau le plus léger, celui de Thibaut Vauchel-Camus, même s’il manque encore d’expérience en Multi50″. Yves Le Blévec ajoute : “Erwan est celui qui a le plus d’expérience sur le support mais Lalou Roucayrol s’est bien rapproché en terme de potentiel. Les dernières courses ont été très serrés. Les bateaux se ressemblent désormais beaucoup, mais le critère poids joue quand même. Et le seul qui soit au poids minimum, c’est celui d’Erwan, c’est un critère de vitesse important“.

Le petit nouveau de la classe, Thibaut Vauchel-Camus, fait figure d’empêcheur de tourner en rond, certains n’hésitant pas à le placer sinon en tête, du moins placé. “Thibault a un excellent bateau et c’est un spécialiste du multicoque [Il a été plusieurs fois champion de France de F18, NDLR]. Voilà quatre ans, quand il a disputé la Route du Rhum, il était néophyte en solitaire et il finit deuxième des Class40. C’est un talent brut”, note Pierre-François Bonneau. Quant à Armel Tripon (Réauté Chocolat), sur l’ancien Actual, un plan Verdier solide et à l’aise dans la brise, il est cité à deux reprises sur la troisième marche du podium.

Reste que tous s’accordent pour dire que le passage d’un front, prévu dans la journée de mardi à mercredi (selon les routages de jeudi matin), pourrait bien déterminer le classement final. “Aucun bateau ne survole la classe qui a mis du temps à se construire. C’est une classe engagée où l’on peut se retourner ; sur un parcours automnal dans le golfe de Gascogne, il faudra être très fort pour arriver en tête en Guadeloupe“, analyse Karine Fauconnier. Le record de l’épreuve (11 jours et 5 heures), établi voilà quatre ans par Erwan Le Roux, devrait être battu. “Avec les foils ce serait logique… si les bateaux tiennent le coup. La flotte est plus homogène qu’en 2014 et ils vont vraiment se tirer la bourre ! Reste que l’important est de toucher au but, en Guadeloupe”, conclut Franck-Yves Escoffier.

Le podium cumulé de nos experts : 1. Erwan Le Roux 2. Lalou Roucayrol 3. Thibaut Vauchel-Camus et Armel Tripon.