Les bateaux de course ont besoin de collages structuraux sans faille

Comment Araldite propose de simuler les collages structuraux – article sponsorisé

Pour appuyer sa stratégie d’implantation dans l’univers de la voile de compétition (voir notre article), Araldite a ouvert en mai sur son site une page dédiée à la simulation des collages structuraux, baptisés les “Material Models“. Un vrai plus, qui tient compte des matériaux utilisés, de la résistance exigée, de la possibilité de serrage, de l’épaisseur du joint, de la température d’utilisation des pièces… autant de facteurs qui font de chaque collage un cas spécifique.

Dix produits phares de la marque – qui en compte deux cents – y sont ainsi décortiqués, de la préparation des surfaces aux process de collage en passant par les données techniques. Le tout servi par une mise en page que ses concepteurs ont voulu soignée et accessible, bien loin des indigestes fiches techniques que servent parfois les fabricants.

“Ces dix produits couvrent 80% du spectre des applications dans le nautisme, qu’il s’agisse de la compétition ou de la construction de bateaux de plaisance”, explique Patricia Albisser, responsable marketing et communication chez Huntsman, la société américaine propriétaire d’Araldite. Toutes les données présentées sont issues des résultats obtenus au sein des laboratoires maison. Des données diffusées gratuitement sur demande avec une pré-visualisation en accès direct qui en donne déjà un aperçu très significatif.

“Ces Material Models représentent un investissement important. Nous les avons déjà testés dans l’éolien et nous savons qu’ils répondent à une véritable demande, poursuit Patricia Albisser. Nous nous donnons six mois pour tirer un premier bilan de l’impact de ces présentations et des retours des professionnels qui sont vraiment importants pour nous pour améliorer le service proposé.”

Spécialiste adhésifs chez HuntsmanLaurent Chouvet ajoute : “Dans le nautisme, les concepteurs sont de plus en plus confrontés à un besoin de calcul, ce que permet la simulation. C’est évidemment le cas dans le domaine de la course, mais aussi de la plaisance, car il faut se démarquer, offrir de la nouveauté, donc utiliser la technologie dans ce qu’elle a de meilleur.”

Hormis un adhésif polyuréthane très spécifique, les neuf autres produits sélectionnés dans les “Material Models” sont issus de la famille des époxy et des méthacrylates. Les premiers sont généralement utilisés lorsque la recherche de performance mécanique est la plus élevée, pour alléger une structure ou répondre à une importante concentration de charges. Ils sont généralement privilégiés sur les bateaux de course, d’autant que leur chimie utilise la même base que les résines de construction, d’où une parfaite compatibilité.

Notre expertise dans les époxy date de plus de 70 ans et nous n’avons eu de cesse de progresser dans ce domaine. Mais nous avons aussi beaucoup investi ces dernières années dans la gamme méthacrylate qui intéresse de près la production de voiliers de série”, explique Laurent Chouvet, Les trois adhésifs méthacrylates détaillés dans les “Material Models” sont en effet compatibles avec le styrène (solvant du polyester) majoritairement utilisé dans les industries nautiques. “Ils réagissent plus vite également, ce qui est intéressant lorsque la recherche de productivité fait partie des critères de choix”, poursuit Laurent Chouvet.

Plus flexibles que les époxy, les méthacrylates sont aussi beaucoup plus tolérants en matière de préparation des surfaces. Utilisés parfois en film mince, ils peuvent combler des jours jusqu’à trois centimètres d’épaisseur pour certaines formulations, une donnée précieuse lorsqu’il faut accoster des pièces de grandes dimensions comme une liaison pont-coque ou un contre-moule structurel.

En matière de réparation, les méthacrylates ont aussi leur intérêt : on a coutume de dire qu’ils “collent tout sur tout” ! Et même sous l’eau pour l’Araldite 2051, petite dernière de la gamme, qui devrait intéresser de près les coureurs au large et tous ceux qui veulent conserver une certaine autonomie technique lors de navigations ambitieuses…

Photo : iStock


Contenu proposé par   Logo Araldite

Tip & Shaft est le média
expert de la voile de compétition

Tip & Shaft est le média des grandes courses à la voile : Vendée Globe, Route du Rhum, Volvo Ocean Race, Solitaire du Figaro, Transat AG2R

Tip & Shaft décrypte la voile de compétition chaque vendredi, par email :

  • Des articles de fond et des enquêtes exclusives
  • Des interviews en profondeur
  • La rubrique Mercato : l’actu business de la semaine
  • Les résultats complets des courses
  • Des liens vers les meilleurs articles de la presse française et étrangère
* champs obligatoires


🇬🇧 Want to join the international version? Click here 🇬🇧