Elodie Bonafous

Comment la filière féminine de course au large commence à se structurer

Elodie Bonafous a remporté le 17 décembre le challenge Bretagne CMB Océane, ce qui lui permettra de s’aligner en 2020 sur le circuit Figaro aux côtés des autres skippers Bretagne CMB, Tom Laperche et Loïs Berrehar. Une sélection qui aura permis de faire « sortir du bois » de nombreuses aspirantes à la course au large et à l’épreuve olympique de Paris 2024, ce dont se félicite la FFVoile, qui cherche cependant les moyens de les accompagner. Tip & Shaft fait le point sur ce dossier.

Lorsqu’ils ont lancé la sélection Bretagne CMB Océane en août dernier, les responsables du Pôle Finistère course au large ne s’attendaient pas à recevoir autant de candidatures, puisqu’elles furent 32 à envoyer un dossier. « Je pense que beaucoup de filles ont fait acte de candidature dans une logique Jeux olympiques, c’est un déclencheur important qui fait rêver beaucoup de monde et a aussi joué auprès des partenaires du projet », commente Christian Le Pape, le directeur du centre de Port-la-Forêt. « Cette sélection a montré qu’il y avait des filles qui avaient envieajoute Jeanne Grégoire, coach au pôle. Quand on l’a lancée, on se demandait si on allait avoir suffisamment de candidates pour en retenir 9 pour les sélections sur l’eau, on en a eu plus de 30, c’était la super bonne surprise. Et sur l’eau, ça naviguait vraiment bien, on en aurait bien mis cinq en finale. »

Elles ont finalement été trois à disputer la finale – Elodie BonafousViolette Dorange, Milena Schoenahl – et c’est la première, déjà lauréate l’été dernier de la sélection jeune Tour de Bretagne 2019, qui a gagné le droit de courir la saison prochaine sur le circuit Figaro avec un accompagnement du pôle de Port-la-Forêt. Lequel s’est par ailleurs engagé à intégrer les deux autres finalistes si elles le souhaitent. Comment faire en sorte que ces dernières, mais aussi celles qui ont prouvé des choses lors de cette sélection, puissent poursuivre leur apprentissage du large ? C’est une des préoccupations actuelles de la Fédération française de voile, comme le reconnaît Corinne Migraine, vice-présidente en charge du département compétition-performance : « Il faut que ces filles qui ont montré une vraie volonté d’aller se confronter au large avec les garçons puissent exister dans un monde encore très masculin. »

Certaines ne cachent d’ailleurs pas leur intention de poursuivre dans cette voie, à l’instar de Violette Dorange, deuxième de la sélection après avoir terminé 16e de la Mini-Transat, à seulement 18 ans. « Ces trois semaines de sélection ont été hyper complètes : en plus de naviguer en Figaro, nous avons découvert le fonctionnement du Pôle. Mon objectif étant de faire les Jeux olympiques en double mixte avec mon frère Charles, le Figaro est selon moi la meilleure série pour s’entraîner, celle où il y a le plus de niveau. » Et la jeune femme d’ajouter : « Je ne pensais déjà pas qu’il y aurait autant de filles sur la sélection CMB, et surtout, le niveau était assez impressionnant. Aujourd’hui, les choses bougent, entre cette sélection, celle de Marc Guillemot l’an dernier [Klaxoon, NDLR], des opportunités s’ouvrent à nous. »

Ce que confirme Jeanne Grégoire : « Entre la Volvo Ocean Race qui, a imposé des filles à bord, le Magenta Project, qui propose des embarquements, la Transat AG2R qui offre l’inscription aux duos mixtes, cette sélection CMB Bretagne Océane, beaucoup de choses ont été mises en place en peu d’années… Maintenant, comment faire plus ? C’est aux sponsors de venir. Il faut qu’ils prennent conscience que des projets féminins peuvent aujourd’hui être performants. Par le passé, on était plus sur des aventures humaines ; là, et la sélection l’a prouvé, des partenaires pourraient s’engager sur une saison de Figaro compétitive parce que des filles ont le niveau pour y aller. »

Dans la perspective de la nouvelle épreuve de course au large mixte qui verra le jour lors des Jeux olympiques 2024 à Marseille, la fédération réfléchit aujourd’hui au meilleur moyen de structurer une filière de détection, autour du pôle Finistère course au large, et surtout d’attirer des partenaires. « En voile légère, on fait des choses depuis longtemps dans la détection des filles ; en course au large, ça démarre maintenant parce que la perspective olympique a ouvert le jeu. Aujourd’hui, on parle beaucoup, il y a de bonnes initiatives qui se développent, mais ça ne suffit pas, le nerf de la guerre, c’est vraiment de trouver de l’argent. La mixité est à mon sens un sujet porteur pour les entreprises« , ajoute Corinne Migraine, prête à « prendre son bâton de pèlerin » pour démarcher des sponsors.

La Région Bretagne et le Crédit Mutuel de Bretagne l’ont visiblement compris, quid d’autres partenaires de la voile française ? Interrogé par Tip & ShaftJean-Bernard Le Boucher, directeur des activités mer de la Macif, qui organise déjà sa propre sélection en Figaro, répond : « On a bien conscience de ce qui se passe actuellement, c’est très bien que des filières féminines se mettent en place, nous, on n’a rien décidé en la matière pour l’instant, nous n’avons pas de sélection avant 2021, on va y réfléchir d’ici là. » Egalement contactée, la société La Boulangère, sponsor-titre d’un équipage de Diam 24 100% féminin depuis l’an dernier (voir notre article), nous a fait savoir : « Nous allons garder l’axe du sport au féminin jusqu’aux Jeux 2024 et nous sommes à l’écoute des projets d’athlètes qui s’inscrivent dans cette démarche. » 

Quant à Thierry Bouvard, directeur du sponsoring et du mécénat du groupe BPCE, doublement impliqué dans la voile en qualité d’armateur, notamment de Clarisse Crémer, et de partenaire de la FFVoile (mais aussi des JO de Paris 2024), il explique : « A chaque fois qu’il y a eu des femmes dans nos aventures, c’est tout simplement qu’elles correspondaient au profil recherché. Quand on s’est mis en quête d’un marin pour le Vendée Globe, notre priorité était de trouver quelqu’un sur les valeurs de l’entrepreneuriat, il se trouve que c’est tombé sur Clarisse, mais la question de savoir si c’était une femme ou un homme ne se posait pas au préalable, ce n’est pas une stratégie. Et sur le sponsoring institutionnel auprès de la fédération, on favorise le développement de la pratique sous toutes ses formes, on ne se pose pas la question de faire des formes particulières d’action sur tel ou tel type de population. »

En attendant qu’une éventuelle filière se mette en place, les aspirantes au large tentent donc de saisir toutes les opportunités qui s’offrent à elles, à l’instar de l’une des neuf participantes aux sélections sur l’eau du Challenge Bretagne CMB Océane, Charlotte Yven, seule Française parmi les 35 « mentees » sélectionnées pour la saison 2019/2020 par le Magenta Project : « C’est un projet d’accompagnement, une sorte de tutorat, entre la « mentee » et sa « mentor », pour moi c’est Cécile Laguette, qui m’avait poussée à postuler. Elle est là pour m’aider à monter mon projet, elle me donne des pistes de travail. » 

D’autres ont d’ores et déjà trouvé des partenaires. C’est le cas d’Amélie Grassi qui, après avoir marqué les esprits sur la Mini, a déniché, grâce à l’appui du Hub by OC Sport, un sponsor (dévoilé début février) pour disputer la prochaine Transat AG2R avec Ambrogio Becaria (vainqueur de la Mini-Transat en série) sur le Figaro 3 de Yoann Richomme. « Pour l’instant, c’est juste l’AG2R, c’est un coup d’essai pour un nouveau partenaire en course au large », explique celle qui compte parallèlement candidater en 2020 auprès de la FVoile pour représenter la France au premier championnat du monde de course au large double mixte en octobre à Malte : « J’avais postulé pour le championnat d’Europe avec Julien Villion, on n’a pas été retenus [Mathilde Géron et Pierre Leboucher ont été choisis, NDLR], mais c’est un projet qui me motive, surtout que le programme est compatible avec ce que je vais faire par ailleurs. »

Ce championnat du monde, qui sera précédé d’un circuit d’épreuves en L30 comprenant notamment un deuxième championnat d’Europe mi-juin à Monaco, attire de nombreux duos, ce qui va conduire la Fédération à procéder à une nouvelle sélection. « On va faire comme l’année dernière, un appel à candidatures, on verra ensuite si on sélectionne sur dossier ou si on organise aussi une sélection en mer », explique Corinne Migraine. Cette dernière, qui compte s’appuyer, comme sur le championnat d’Europe en octobre dernier à Venise, sur le tandem Jeanne Grégoire/Matthieu Richard pour encadrer la préparation, se félicite à l’avance du nombre de postulants : « La difficulté jusqu’ici, c’était que beaucoup de garçons se disaient qu’ils iraient bien, mais ils se demandaient avec qui. Là, les filles sont sorties du bois, il y a des candidates et en plus, largement à la hauteur. »

Photo : Team Bretagne CMB

Nos articles sont publiés en avant-première chaque vendredi dans notre newsletter, quelques jours avant leur parution sur le site. Abonnez-vous ici, si ce n’est pas déjà fait 🙂

[dt_default_button link= »https://www.tipandshaft.com/newsletter/ » button_alignment= »default » animation= »fadeIn » size= »medium » default_btn_bg_color= »#ffb200″ bg_hover_color= »#0A0A0A » text_color= »#0A0A0A » text_hover_color= »#ffb200″ icon= »fa fa-chevron-circle-right » icon_align= »center »]S’ABONNER GRATUITEMENT[/dt_default_button]

Tip & Shaft est le média
expert de la voile de compétition

Tip & Shaft est le média des grandes courses à la voile : Vendée Globe, Route du Rhum, Volvo Ocean Race, Solitaire du Figaro, Transat AG2R

Chaque vendredi en avant-première, par email :

  • Des articles de fond et des enquêtes exclusives
  • Des interviews en profondeur
  • La rubrique Mercato : l’actu business de la semaine
  • Les résultats complets des courses
  • Des liens vers les meilleurs articles de la presse française et étrangère
* champs obligatoires


🇬🇧 Want to join the international version? Click here 🇬🇧